Comme un avion sans L. ou du plaisir de s’effondrer après le petit déjeuner

6 juin

Sortir d’un bain très chaud, en étant passablement étourdie par la chaleur, s’accrocher au premier peignoir et se blottir dans un lit aux draps neufs et frais.

Lire en se sentant dardé (pas de l’intérieur) par le soleil. Grosses lunettes et chapeau ridicule. Regretter de ne pas avoir de crayon de papier pour annoter / souligner / cocher un passage qu’il serait pourtant fort agréable de se réciter le soir, juste avant de sombrer.

Lire le mail d’une amie. Se plaire à le relire encore. En rire. Répondre, par terre, sur le ventre, et avoir mal aux cervicales.

Et puis s’effondrer dans le lit, le ventre plein, chaud de thé (Kusmi – Zoubrovka sur thé vert), post petit déjeuner. Non-activité particulièrement bien placée dans le top ten des félicités dominicales.

  • Jus d’orange (des maltaises – fin de saison aussi regrettable que celle des figues fraiches ou du muguet) et de pamplemousse
  • Petites fraises + radis + yaourt et petite cuillerée de purée d’umebosis + juste une petite shlouck de coulis de cassis de la ferme du mélilot + flocons d’avoine
About these ads

Une Réponse to “Comme un avion sans L. ou du plaisir de s’effondrer après le petit déjeuner”

  1. gracianne 7 juin, 2010 at 8:50 #

    Oh volupte du non-agir et des draps propres!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :