Les macarons

26 Jan

J’apprécie beaucoup ce que fait Clémence Boulouque. La finesse de son écriture, la sensibilité du film de son enfance et sa voix dans Cosmopolitan, sur France Inter.

Et puis, Clémence Boulouque aime les macarons. Elle leur a rendu un merveilleux hommage dans un joli petit livre… Rapidement dévoré savouré, évidemment.

Le macaron n’est pas qu’une tendance. Le macaron est aussi une institution. Le macaron est une madeleine, Le macaron est un pays. Le macaron ce n’est pas que la couleur. Le macaron c’est le croquant d’abord. Le mordre. Le macaron c’est le moelleux. Les dents s’enfoncent. Le macaron c’est l’amende puis le fruit, le chocolat ou une crème toute légère. Le macaron se garde longtemps en bouche. Jusqu’à ce que l’on regarde à nouveaux l’écrin de gourmandise et que l’on se dise qu’il faut en reprendre un pour ressentir à nouveau toutes ses subtiles sensations.

Le macaron, c’était Paris. Ladurée et dans une moindre mesure (je l’avoue), Hermé. C’était jusqu’à jeudi. Nombreuses sont celles s’étant « lancées » dans cette périlleuse aventure. Certaines même sont devenues maitre es macarons. J’ai admiré les photos et suivi avec envie leurs essais, leurs déclinaisons, leurs obsessions, leurs réussites… De là à passer à l’acte … C’est comme les sushis, dès que j’adore, j’ai peur de rater, de faire forcement moins bien… Autant aller manger très bon directement…

Ceci dit, autant c’était facile de déguster des sushis merveilleux (tendresse et tiedeur du riz, fraicheur délicate du poisson, oeufs juteux… Sencha) et passer récuperer des petits macarons pour le thé… Autant là, c’est plutôt désert… Mais, j’ai un coach de luxe et une accompagnatrice téméraire. Premiers pas chez Valrhona. Le programme était des plus tentant « petits macarons d’hiver », foret noire, irish coffee, banana split, érable-pécan, mont blanc.

Précision (110° pas plus pas moins, 50 g pas plus pas moins, 140° ni plus ni moins) et technicité (joies de la poche à douille, de l’incorporation de l’amende, du macaronnage)… Mais le résulat est bien au rendez-vous.

Interdiction de gouter pendant 24 h … Mais l’issue est belle, la texture est bien là…

L’impression de réussir à garder l’équilibre sur un vélo avec petites roulettes. Je les ai enlevées ce matin.

3 Réponses to “Les macarons”

  1. Nathalie 26 janvier, 2008 à 1:15 #

    Ce fût un plaisir de partager cette expérience avec toi. Roule bien…

  2. Clea 26 janvier, 2008 à 2:51 #

    En plus ils étaient vraiment très bons ! Si si… même grippée, j’ai apprécié ! Merci :)

  3. Squatteuse 3 février, 2008 à 2:00 #

    Mais qu’ils sont bons tes macarons:
    ça commence par un choix très difficile entre les différents parfums,
    puis, il faut en gouter un, fermer les yeux pour mieux le déguster… malheureusement se rendre compte qu’il est déjà englouti
    Et là, c’est le drame: involontairement, la main se glisse à nouveau dans le petit paquet pour recommencer la meme opération…

    Il faut une volonté de fer pour s’en éloigner, se dire qu’on les appréciera aussi demain, ne pas tout manger d’un coup…

    Merc de m’avoir fait découvrir ces petites merveilles.
    J’avoue un petit faible pour celui au chocolat blanc avec des pétites de noir.

    Vivement que tu donnes un cours!
    Bon dimanche à tous les 2 !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :