Archive | Les becs salés RSS feed for this section

Se revoir, trois semaines, trois mois, vingt ans plus tard… Des petites choses d’ailleurs

15 Avr

C’était il y a presque vingt ans.

Incroyable à nos ages de se projeter en vingtaine d’année. C’était il y a vingt ans dans une petite école, dans une petite ville, à coté de la place du marché, à coté d’un lac. Il y avait des jeux dans la cour, notamment, à en croire mes souvenirs, « la cage d’écureuils » et des marelles au sol. Une grosse bouche d’égout ronde occupait un place essentielle dans nos jeux. L’infirmerie se trouvait dans une petite tour, au fond de la cour.

Lire la suite

Lire et écrire… et manger de la soupe miso au potiron

8 Avr

Fermer le livre le cœur battant et les larmes aux yeux

C’était un vendredi. PL venait de rentrer à Grenoble, nous avions déjeuné à la maison. Après le repas, harassée de fatigue qu’elle était, ses jambes s’étaient précipitées sur le canapé rouge. Son petit corps s’était pelotonné et ses yeux doucement s’étaient fermés. Une couette sur elle pour ne pas qu’elle ai froid. Pendant ce temps là, je rangeais deux trois choses dans la cuisine, le temps d’entendre le frémissement de l’eau dans la bouilloire. Elle était paisible, ses paupières laissaient deviner de très fines veines bleues. Comme quand elle était petite.

S. m’avait offert le week-end précédant un livre. L’année dernière nous avions pu assister au salon. Nous avions rencontré Joan Sfar et Lewis Trondheim. Je ne connaissais pas encore Boulet, Gally, Pénélope et Loicsecheresse mais j’avais découvert Alexis Clérisse dont le jazzman ondulé n’avait pas été sans me rappeller Voutch. Cette année nous avons entendu, lu et vu passer le salon. Dommage parce que j’aurais bien aimé y aller. Pour y être. Pour ne pas rester dehors. L’humeur était vagabonde et le monde n’a pas cessé d’occuper le canapé. Jusqu’à ce qu’un ouvrage, Moi Anastasia, vienne par l’enchantement amoureux prendre sa place dans mon sac.

DSC_4234.jpg

Lire la suite

La St Valentin c’est cliché !

17 Fév

Mais ça peut-être bon quand même !!!

Lire la suite

Ne pas se laisser aller…

16 Fév

Ce n’est pas parce que je suis seul à la maison qu’il faut se laisser aller !

Enfin, si quand même un peu…..

Lire la suite

Fragments de nourriture presque sauvage (encore) et des tartines

8 Fév

Quand nous étions petites, le dimanche soir, nous mangions « n’importe quoi »… Céréales, œufs, jambon, fromage… Tout ce qui nous passait sous la main ne devant pas être cuisiné. J’adorais ça. Nous écoutions les petits bateaux d’abord, le masque ensuite … Et puis la semaine pouvait commencer.

Lire la suite

Détoxez-moi

30 Jan

Juste besoin de chaud à l’intérieur. Du léger, du-qui-fait-du-bien, du qui coule. Du comme-une-petite-soupe-de-pates … même quand on a pas de bouillon de pot-au-feu…

Lire la suite

Nourriture sauvage

29 Jan

Lorsque je vivais seule l’année dernière et que soit que le temps me manquait, soit que je n’avais desepérement aucune envie de faire autre chose que d’ouvrir une boite je pratiquais « la nourriture sauvage ».

J’ai renoué avec cette pratique au cours de cette première quinzaine 2008… Avec toujours autant de plaisir.

 

Lire la suite

Nöel tu feteras, quatre fois – Introduction.

28 Déc

DSC_1909.jpg

L’intérêt de vivre dans une famille multi confessionnelle est, entre autre, de multiplier les occasions festives par autant de confessions, deux en l’occurrence.

DSC_1910.jpg

L’intérêt de vivre dans une famille dont les parents se sont séparés est, là encore et entre autre, de multiplier les occasions festives par autant de parents, deux en l’occurrence.

DSC_1912.jpg

L’intérêt de vivre à deux est, là aussi et entre autre, de multiplier les occasions festives par autant d’individus, deux en l’occurrence.

Ceci pour dire que Noël est ici toujours pluriel, donnant l’occasion de passer d’excellents moments en famille et à table.

  • 1er Round – Hanoucca
  • 2ème Round – Lyon
  • 3ème Round – Le 24
  • 4ème Round -Le 25

Noël tu feteras quatre fois – 2ème Round – Lyon

28 Déc

De retour à Lyon, dans l’appartement de mes grands parents. Là où rien ne bouge, là où le temps s’écoule imperceptiblement.

Rien ne change, ni les murs, ni les canapés, ni le petit bruit de la pendule, ni l’odeur. C’est incroyable d’entrer dans une salle de bain et de savoir, par avance, exactement ce que cela va sentir. Rien ne change, sauf eux.

Je me souviens de ce pâté de foies de volailles incomparable. Je me souviens de ce gratin de cardon. Cette année rien de tout cela puisque trônait en bout de table un plateau de fruit de mer gargantuesque.

C’était bien et je ne regrette rien, surtout pas ce gratin de cardon outrancièrement béchamellé. Ils était heureux et nous aussi.

Noël tu feteras quatre fois – 3ème Round – Le 24 – L’entrée

28 Déc

Le 24 au septième de la tour

Je me souviens du 24. Instant G. Perec que vous pouvez sauter allègrement pour arriver à nos assiettes.

Le 24, nous étions tous les quatres, nous mangions bien et après avoir préparé un café pour le Père-Noël … et « attends, on lui met des gateaux aussi » et « non, pas là, on a qu’à lui mettre devant le poêle parce qu’il va avoir super froid quand il va arriver »… et le « mais on a rien prévu pour les reines … Mais si, Maman a mis une bassine dehors »… Nous allions enfin nous coucher. Vers 4 ou 5 heures du matin ma soeur et moi nous nous reveillions mutuellement, alors, on se ruait dans la mezzanine donnant sur la salon. En bas, les canapés couverts de cadeaux. Un pour elle, un pour moi. Nous descendions alors en douce, en faisant attention devant la chambre des parents… Nous regardions la forme des paquets. Dévorée par la curiosité, il m’est arrivé une seule fois d’en ouvrir un… C’était un Charli destiné à ma soeur…

Comme on culpabilisait trop de decouvrir ce que le Père Noël nous offrait sans les parents on retournait difficilement se coucher pour deux heures… Vers 7h30-8h00, completement décomplexées nous les sortions du lit.

Aujourd’hui, pas de petit café ni de petits gateaux pour le Père-Noël, mais je crois que la magie est restée…

Sauf que cette fois-ci, c’est chez nous que cela se passe.

Après avoir pesé et sous pesé les Saveurs et Elle à table des trois dernières années et avoir consulté mes blogs préférés, après avoir testé les idées sur S. … Voici le contenu de nos assiettes…

L’apéritif

– L’excellent foie gras de S. cuit au sel
Depuis trois ans S. a sa petite specialité, le foie gras cuit au sel.

La recette est extraite de la bible du canard de Julie Andrieu.

Son plus grand avantage est d’être à la fois simple et adaptable à tous les gouts. La recette varie donc tous les ans en fonction de vos envies du moment.

La recette :

Ingrédients et materiel

– 1 foie gras cru et dénervé
(Ne pas faire comme moi cette année, à savoir compatir avec le volailler et lui dire … Non, non, ce n’est pas grave, je comprend très bien que vous soyez submergé de commande, je le dénerverai à la maison… Si vous êtes aussi doué que moi, vous charcuterez le foie, qui plus est en laissant un peu du grand nerf dedans … Heureusement que cela n’hypothèque pas le résultat gustatif final).

– 750 g de gros sel

– 250 g de sucre

– Du poivre et toutes les épices que vous souhaitez

– De la gaze (en pharmacie)

La préparation :

Si vous avez suivi mon conseil, vous passez la case dénervement.

Plongez le foie dans un grand saladier d’eau froide pendant au moins 2 heures.

Le sortir de l’eau, le secher, l’entourer de gaze.

Dans un saladier bien large et haut, mélangez le sel, le sucre et toutes les épices (cette année : beaucoup de poivre, du gingembre, de la muscade, de la canell, du clou de girofle … Environ 1 cuillère café de chaque pour obtenir un gout prononcé).

Recouvrir le foie de ce mélange, placer au réfrigérateur pour 12 h (cette année le foie a été un peu oublié … pendant 24 heures et tout c’est bien passé, il reste mi-cuit).

Ensuite, enlever la gaze et placer le foie dans une terrine. Le plus longtemps il y reste, le mieux c’est… Une semaine c’est parfait.

Nous l’avons mangé avec du pain d’épices et du pain de campagne abricots-noisettes… Inutile de dire que c’était un petit régal.

– Du saumon fumé et œufs de lumps … des petits pains au citron … et des blinis à l’aneth

Le moelleux du saumon fumé (en tranche bien épaisse), et le croquant puis le liquide des oeufs de lump… Voilà quelque chose que nous avons beaucoup beaucoup pratiqué … Et sous toutes ses formes, en canapé, en tagliatelle, en lasagne, en cake … Cela marche à tous les coups, ce n’est pas compliqué et c’est bon.

L’idée du départ était de reprendre l’idée des tubes à essai d’Amuses-Bouche… Mais, je crains que son blog soit tellement connu que le rayon de C. notre mère nourricière était littéralement exsangue de feuille de brick … D’où la solution alternative des petits pains au citron et des blinis à l’aneth.

Le Pain au citron

Clea et Loukoum ont toutes les deux réalisés des petits pains au citron. J’ai mixé leur recette en les adaptant à mes gouts et placards.

– 250 ml d’eau tiède
– 500 g de farine aux petits grains (sésam, graines de lin … j’ai rajouté du pavot)
– 1 c.c. de sel
– 2 sachets de levure de boulangerie desydratée
– Le jus de 2 citronsMélanger un peu d’eau avec la levure ;
Pétrir la farine, le sel, l’eau, le jus de citron ;

Laisser monter dans le four, th° 40 avec un bol d’eau.

Une fois que la pâte double de volume, la diviser en autant que de petits pains désirés ;

Les laisser une fois de plus monter au four ;

Au bout d’une grosse demi heure, monter le th° à 200°, cuire pendant 10 à 15 minutes suivant la taille des petits pains.

Les blinis à l’aneth

Les ingrédients

– 2 yaourt
– 2 œufs
– 200 g de farine
– 1 sachet de levure chimique
– 2 grosses cuillères à soupe d’aneth
– 1 cuillère à café de fleur de sel.Mélangez le tout et former des petits ronds dans une poêle, comme pour des pancakes.

Noël tu feteras quatre fois – 3ème Round – Le 24 – À table

28 Déc

Le 24 au septième de la tour

 

Trois recettes du Saveurs de ce mois ci.

Parmentier de pommes de terres, gésiers de canard, pavot

Petites quenelles sur chutney d’échalottes à la cannelle et au gingembre

Paupiettes maison, aux champignons et aux marrons

 

Noël tu feteras quatre fois – 4ème et dernier Round – Le 25

28 Déc

Si nous ne préparons plus de café pour le Père-Noël certaines traditions se perpétuent. Nous ouvrons toujours nos cadeaux le 25 et non le 24, et chacune dispose d’un canapé afin que les cadeaux ne soient pas mélangés.

Pas de petit dejeuner, excitation oblige, mais alors un vrai gros déjeuner. Chaque petite famille ouvre ses cadeaux « à domicile » puis nous nous retrouvons à midi (enfin 14h) pour déjeuner tous ensemble, oncle, tante, neveux, nièces, cousins, cousines, parrain, marraine.

Cette année, ma mère était chargée du dernier round des festivités de Noël. Au menu et entre autres délices, un parmentier de canard confits au foie gras…

Tout en bas une succulente purée bien relevée de muscade et de poivre, au dessus, du confit de canard dégraissé, encore au dessus, des cubes de foie gras frais, et encore au dessus, un concassé de noix et de pisatches. Le tout cuisant tout doucement au four… Jusqu’à la fin de l’ouverture des cadeaux… Jusqu’à ce que l’on se sente prêt à (re) passer à table.

* * * * * * *

Toute cette débauche de luxe, de plats aussi gargantuesques qu’excellents, de cadeaux ne fait que souligner, une fois de plus, ce que l’on sait déja. Nous avons une chance inestimable de vivre cela. Nous nous devons également de contribuer, à la hauteur de nos valeurs, à faire ce que l’on aimerait que l’on nous fasse si nous étions de l’autre coté de la porte.

Excellent Noël à vous tous.

Bibliothèque(s) et kouglopf-salé-inratable

21 Déc

J’aime la voix douce et chaude de Vincent Josse. Je l’aime encore plus quand, lorsque au détour d’une rencontre avec un artiste, il nous permet de rentrer dans l’intimité de ce dernier en découvrant sa bibliothèque.

Quoi de plus personnel, de plus représentatif que sa bibliothèque… Sa salle de bain oui d’accord. Mais une bibliothèque quand même…

Lire la suite

Erostiquement mais surtout Hairesistiquement nippon

15 Déc

Ma mère me racontait souvent que les fenêtres de son appartement d’étudiante donnaient sur l’entrée d’ une usine. Je l’imagine assise à son bureau, probablement avec un beau bouquet de fleur, en train de lever la tête de ses cours, repris et soulignés de bleu et de rouge. Je la vois se lever, et faire, comme moi aujourd’hui, quelques pas pour « faire un thé ». Alors, pendant que l’eau bout elle jette une coup d’œil à la fenêtre. Alors, il doit être 3 ou 4 heure de l’après midi, des personnes harassées par le 3/8 qu’elles viennent de finir, regagnent leur domicile. Alors, je l’imagine relativiser sa situation d’étudiante, s’assoir à nouveau à son bureau et repartir dans les études. Ces études que tous n’ont pas la chance de faire. Elle me le dit souvent.

Lire la suite

Premier contact avec la pâte de sésame noir… L’hostilité

10 Déc

Plus de trois heures dans une salle. Ils sont cinq, en robe. Ils sont cinq, en robe, en robe rouge. Avec elle ils sont six. Nous sommes plusieurs. Ses parents au premier rang, des amis, des membres de la faculté. Nous nous sommes assis tout au fond, au troisième rang. Contre le mur.

Pâte de sésame noir 115 gr

Lire la suite

Comme on fait son bento on travaille

4 Déc

J’ai appris ce qu’était un « bento » en lisant Quartier Lointain de Jirô Taniguchi.

J’avais beaucoup apprécié cette bande dessinée, pour le trait du dessinateur évidemment mais aussi pour son coté carollien… Traverser le miroir sans trop savoir pourquoi ni comment et se replonger dans le monde dans son enfance sans oublier avoir été un jour adulte.

Le Bento (べんとう ; 弁当) donc. Il s’agit d’une boite comportant plusieurs compartiments permettant de loger, dans chacun, des préparations. Le principe est celui du pick-nick en plus complet. D’après wikipedia (une source qui vaut ce qu’elle vaut, mais enfin, tant que ce terme n’est pas inscrit dans le Robert, c’est la seule base de donnée que je connaissance comportant cette entrée), le bento est « fait maison » comme si on emportait avec soi, pour aller au travail ou à l’école un peu de son chez soi, un peu de l’affection de celui qui a préparé le boite.

Moi, je n’ai pas de boite compartimentée, mon bento n’est donc pas stricto-sensu un vrai bento… Mais je confectionne un vrai petit repas la veille pour le lendemain afin de bien déjeuner sur la fac (ben oui, un estomac bien rempli, c’est un cerveau qui travaille mieux) … Et ce n’est pas THE mangue qui me contredira… Parce que ses bentos … J’aimerais bien les manger ou à tout le moins en déguster un avec elle à la BNF lors de ma prochaine consultation des livres les plus vieux du monde. Ceci constitue de manière presque indirecte un message non-subliminal.

Je n’ai pas donc pas de bento mais je sais que comme on prépare son repas on travaille.

Lire la suite

La quadrature du cercle

26 Nov

Se poser trop de questions… ou pas assez. Tenter de trouver des solutions … alors même que l’on ne sait pas à quoi répondre. C’est la quadrature du cercle.

Pour tenter de sortir du cycle : une solution, mon amie la cuisine au service des maux et des mots.





Lire la suite

Le presque-premier des meilleurs sandwichs du monde… Des trois tours

19 Nov

Il y a quelques temps, Clea (encore elle….) a lancé le thème « meilleurs sandwichs du monde« .

Depuis quelques temps, La mangue, auteur(e?) d’un site que j’affectionne tout particulièrement (en fait vraiment particulièrement), nous dévoile sa lunch box spéciale BNF (soit dit entre parathèse et si la mangue passe par là : IL FAUT REPRENDRE LE PSEUDO RESTAU DU REZ DE JARDIN … Ce rêve de salon de thé cosy-cosy doit se réaliser un jour … Nous aussi on veut des pâtisseries viennoises et des nouilles et des macarons et des petits thés luxueux dans des thermos et des petites muffins avec pleins de beaux livres autour et … On veut tout ce qu’il y a dans ta lunch box… Cela fait consensus autour de moi, donc après la soutenance (et en marge d’une brillante carrière universitaire dont je ne doute point) je suis prête à demander à la BNF de remettre en cause le contrat de concession de cette pseudo buvette)…

Lire la suite

Verrines et cuillères

14 Nov

Un mercredi par mois c’est le challenge. Une amie de longue date vient diner à la maison. Et ce mercredi, le challenge est d’autant plus grand que cette amie a commandé. Un peu comme au restaurant. Elle a bien pris les choses en main puisqu’elle m’a offerte la carte (à savoir trois livres de cuisine) et le matériel (elle voulait des « cuillerées » elle a donc investi dans la cuillère). Le défi est le suivant « tu me feras des verrines et des cuillères d’accord ? » et moi « oui oui, pas de problème ». Donc voilà. Verrines et cuillères au programme.

Lire la suite

This is not a smoothie…Ou quand la soupe est hyper tendance

7 Nov

Pour toi public foodistiquement tendance…

Lire la suite